Le Petrole Va T Il Baisser

Jean Laherrère, co-fondateur ns l’Association pour l’étude du pic pétrolier et ancien adeptes de Total, désosse la dernière analyse du champion des « optimistes », l’Américain Daniel Yergin.

Vous lisez ce: Le petrole va t il baisser

in English

Daniel Yergin est de retour. L’auteur du The Prize, ns histoire aux pétrole qui fait aujourd’hui référence, toute parce que le gloire de l’industrie, a publié les semaine dernière d’un tribune dedans le Wall street Journal, en avant-première aux la sortie du son nouveau ouvrage, The Quest.

Daniel Yergin dorient le vice-président d’IHS, puissante agence d’intelligence concis considérée profitez-en très proche des majors américaines du pétrole. L’argumentaire que cet analyste ns tout premier destinées développe à lintérieur Wall Street journal est d’un contre-attaque, longtemps attendue, parce que le multiplication des prédiction alarmistes venir sujet du l’avenir ns la fabrication pétrolière mondiale.

Daniel Yergin admet que atteindre à satisfait la demande future de pétrole constituera un « challenge ». Mais il met sévèrement en doute la crédibilité des membres du l’ASPO, l’Association pour l’étude de pic pétrolier, qui confirmer qu’un tel challenge est perdu d’avance, faute aux réserves pétrolières suffisantes de nouveau exploitables.

Dans l’état des locaux de la société qu’il présente, le vice-président d’IHS omet aux rappeler une fait essentiel : ns pic pur franchi en 2006 par les production aux pétrole conventionnel(le pétrole liquide classique, soit 80 % ns l’offre courant de brut). Cette date du 2006, Colin Campbell et jeans Laherrère, esquive deux pétrogéologues lequel ont à faire naître l’ASPO, l’avaient prédite dès 1998.

J’ai par conséquent demandé à blue jeans Laherrère, vieille patron des compétence d’exploration ns groupe Total, ns réagir du affirmations bouton contenues dedans l’analyse confiantes fournie moyennant Daniel Yergin.

*
Daniel Yergin/Jean Laherrère
*

Daniel Yergin : « Rien qu’au courir des année 2007 jusqu’à 2009, pour tous baril produit dedans le monde, 1,6 baril aux découvertes nouvelles a lété ajouté. »

Jean Laherrère – Daniel Yergin fait appel aux la honte politiques und déclaratifs publié par ns Oil & Gas Journal et moyennant BP. D’après celles données, das réserves global étaient du 1253 milliards du barils (Gb) en 2007 et de 1333 Gb en 2009, en préparer l’ajout ns 72 Gb du pétrole extra-lourd aux l’Orénoque découverts venir Venezuela… à finir des années trente. Cette qui est, disons, étonnant, c’est que M. Yergin overlook les compte confidentiels de sa privé société, IHS.

Ces chiffres, esquive voici. On remarque qu’ils ne tiennent étape compte de pétrole extra-lourd :

Découvertes (Gb)Production (Gb)
2007

10

26,0

2008

13

26,3

2009

12,4

25,8

Total

35,4

78,1

La réalité, c’est par conséquent que convectif 1 baril produit, on a découvert moins aux 0,5 baril et ne sont pas 1,6 ! les pétrole continuez à être consommé plus vite qu’il n’est découvert. Ns situation lequel perdure aujourdhui depuis une quart du siècle…

Daniel Yergin : « Exemple : les « champ pétroliers numérique », qui utilise des capteurs disséminés jusquà l’intérieur ns champ, afin d’améliorer compte et la la communication entre celui-ci und les centres technologiques d’une compagnie. Si elle différent largement répandue, cette technique pourrait support à exploiter ns quantité énorme ns pétrole supplémentaire partout où à travers ns monde – d’après d’un estimation, cette représenterait 125 milliards aux barils de réserves en plus, l’équivalent ns l’estimation actuellement des réserves aux l’Irak. »

Jean Laherrère – Il est aujourd’hui virtuellement à ns mode ns parler du « champ pétrolier numérique » convoque impressionner les actionnaires. Mais à ce jour, à ma connaissance, aucun champ parvenu jusqu’à maturité n’a vu le sien extractions augmenter de façon significative par ça technique. Prétendre accroître esquive réserves de 125 Gb grâce à nom de famille n’est rien de plus qu’un voeu pieux, partout ne correspond pas ns moindre recherche sérieuse.

Comment fait-on pour augmenter la taille des réservations récupérables des champ ? il y a d’abord la récupération donc « secondaire » : il s’agit aux recourir jusquà l’injection d’eau ou ns gaz pour conserver la pression aux champ. C’est ns pratique actuel utilisées dès le commencer dans alger les nouveau champs.

La « récupération tertiaire » (en anglais EOR, convectif « enhanced oil recovery ») à faire quant jusqu’à elle appel téléphonique à des techniques qui modifient les attributs des fluides : techniques thermiques (vapeur), chimiques ou recourant jusqu’à l’injection ns gaz miscibles tel que ns CO2. C’est aux Etats-Unis plus l’activité EOR dorient la concède développée. Pourtant les nombre ns projets EOR est passé là-bas aux près ns cinq cent en 1986 à seulement leur cents en 2010. Deux extractions étaient de 600 000 barils par travail (b/j) en 1986. Ns 1992 jusqu’à 2000, eux se sont maintenues sur un plateau d’environ 750 000 b/j. En 2010, eux ne fournissaient concéder que 650 000 b/d, et cette malgré le prix élevé du pétrole et ns généreux desserrer des réglementations environnementales tandis que l’ère Bush.

La technologie ne peut en nexiste pas modifier la géologie d’un réservoir ! elle permet simplement du produire concède vite, accélérant d’autant le rejeter des région matures… Un par exemple : le ralentissement désormais virtuellement prononcé des extractions de champ géant mexicain de Cantarell, convoque lequel nous a dériver recours d’un injection géant d’azote.

Le taux de récupération des champs dépend avant tout des biens du réservoir et aux fluide qu’il contient. Cette taux peut atteindre 80 % pour un grès hay un calcaire très poreux, et née dépasse pas 1 % convoque un réservoir compact et fracturé.

Daniel Yergin : « Une apprendre produite par le US Geological inspection a endroit en preuve que 86 % des réserves ns pétrole de Etats-Unis courrier électronique non étape à ce qui était apprécier au moment de la découvrir , mais jusqu’à des révisions et à des enhancements issues de développements ultérieurs. »

Jean Laherrère – La prouver que esquive réserves prouvées des Etat-Unis n’augmentent concéder : pour la dernière décennie, d’après le département ns l’énergie U.S., le montant des révisions à la hausse des réserves américaines est grosso modo égal venir montant des révisions jusquà la baisse net revisions »>.

Qu’est-ce qui permet jusquà M. Yergin du faire confiance qu’il en va si non ? de Etats-Unis, les réserves sont déclarées en effet des règles imposé par la SEC, le gendarme aux Wall Street. Ns 1977 jusqu’à 2010, ces règles obligeaient les société pétrolières à déclarant uniquement esquive réserves parler « prouvées » directement accessibles par das puits prêt en production. La SEC interdisait aux publier le doses des réserves dire « probables » identifiées à proximité du ces puits, même au cas où la probabilité était carrément élevée.

Cette régner trompeuse a été dédié afin du protéger les banquiers, lesquels, en cas de faillite d’un producteur, pouvaient décider aux ne manipuler que les puits productifs. Les définition carrément étroite dalka tout excepté fiable, puisqu’elle conduisait à une sous-estimation du montant authentique des réserve des champ pétroliers américains en début du production, rang à deux réévaluation systématique pour hausse par ns suite.

Voir plus: Piece De Theatre De Victor Hugo À Travers Son Théâtre, Le Théâtre De Victor Hugo

Prenons une exemple, celui de champ aux Kern River, situé en Californie. Depuis l’an 2000, ns production aux ce champ vieille décline de manière régulière. Pourtant, le montant des réserve déclarées du Kern rer a pu augmenter, passant aux 318 millions de barils en 2000 à 542 millions du barils en 2010. Cet étonnant accroissement n’est ns qu’au je faisais qu’entre 2000 rang 2010, 560 nouveaux puits ont lété mis en opération (sans quoiquil réussir jusqu’à enrayer les déclin aux Kern River) !

Seule l’addition aux montant des réserves prouvées rang des réserves probables permettre d’évaluer ns champ ns façon correcte. Cette méthode, dite SPE, dorient aujourd’hui utilisée partout dans le monde – j’ai d’ailleurs participé à son élaboration en 1997. Partout… sauf de Etats-Unis. La évolution des réserves américain dont M. Yergin se félicite née doit personne aux progrès de la la technologie : nom de famille n’est due qu’à les méthode incorrecte préconisée par la SEC jusqu’en 2010.

Mais il y a plus fort. de 2010, les SEC est passée d’un extrême à l’autre. Elle reconnu désormais d’estimer esquive réserves prouvées non concéder à aller des seul puits productifs, mais selon un modèle d’évaluation de l’ensemble ns champ que les lentreprise peuvent garder secret ! ça nouvelle méthode promouvoir toutes sorte d’exagérations et ns dérives, profitez-en l’a dénoncé notamment ns New York Times.

La croissance important des réserves américaines de gaz de schiste est le fruit aux cette nouvelles règle ns la SEC. Sans couture encore, nom de famille n’a nexiste pas à voir avec la mise en oeuvre ns technologies soit proverbe « nouvelles », mais vraiment maîtrisées depuis trente ans, tel que esquive forages horizontaux et la fracturation hydraulique des roches. New York Times, également auteur de l’article cité ci-dessus.>

Daniel Yergin ment dessus les réserves, profitez-en la grèce a menti sur ses déficits.

Voir plus: Texte D Anniversaire Pour Ma Soeur Linda, Pour Ma Soeur De Coeur Gigi

attentif : dans le monde du l’énergie, il n’y a pas du règle – séparément gagner de l’argent, et il n’y a ni arbitre et ni cartonnés rouge !

Pour finir, un petit retour en arrière. En 2005, dans une tribune publiée par ns Washington Post à propos de quoi il se moquait prêt des pessimistes, Daniel Yergin prévoyait plus d’ici jusqu’à 2010, das capacités aux production mondiale pourraient augmenter de 16 millions du barils par travail (Mb/j), passant aux 85 jusqu’à 101 Mb/j. Depuis, les capacités ns productions mondiales sont restées d’environ un tablette d’environ 86 Mb/j… cette faut amie relire, M. Yergin.

En 2008, valley Morton, une géophysicien américain et une investisseur, publiait ce qu’il présentait profitez-en un statut des base des prédictions optimistes tort fournies à lintérieur le passé moyennant Daniel Yergin et IHS venir sujet de l’état du marché pétrolier.>